Home

Considérant que je vois venir à cent milles à l’heure mes détracteurs, je tiens, d’ores et déjà, à affirmer qu’il ne s’agit pas ici de l’insurrection d’un « humoriste » carburant à la douleur sévère d’une blessure narcissique s’étant manifestée à la suite de la lecture du dernier procès verbal de la CLASSE. Il ne s’agit pas non plus d’un « humoriste » profitant perfidement d’une situation le concernant plus ou moins cherchant à faire mousser sa cote de popularité. Il ne s’agit surtout pas d’un raciste, homophobe, sexiste, corporatiste se servant de cette histoire comme tremplin de carrière.

Considérant que certains membres de la CLASSE utilisent l’expression « industrie de l’humour québécoise » et du même fait associant cette « industrie » à un comportement « anti-féministe, sexiste, capitaliste et corporatiste », je ressens le devoir urgent d’éclairer mes camarades de la CLASSE quant à l’impertinence du résultat de leur analyse (parce qu’il faut bien qu’il y ait eu analyse pour en venir à de telles allégations) et du coup, signaler, toujours à mes camarades de la CLASSE, que cette dissociation publique est farfelue. Tellement farfelue que je soupçonne que se soit un ou une humoriste qui ait rédigé le dernier procès verbal de l’assemblée.

Considérant que je vois venir à cent milles à l’heure mes détracteurs, je tiens, d’ores et déjà, à affirmer qu’il ne s’agit pas ici de l’insurrection d’un « humoriste » carburant à la douleur sévère d’une blessure narcissique s’étant manifestée à la suite de la lecture du dernier procès verbal de la CLASSE. Il ne s’agit pas non plus d’un « humoriste » profitant perfidement d’une situation le concernant plus ou moins cherchant à faire mousser sa cote de popularité. Il ne s’agit surtout pas d’un raciste, homophobe, sexiste, corporatiste se servant de cette histoire comme tremplin de carrière.

Au contraire, vu cet esprit partisan que la CLASSE évoque chez plusieurs, je crois plutôt que ce billet soit susceptible de déplaire à certaines personnes qui ne me connaissent pas. Heureusement, mon père m’a dit plus jeune : « Adib, dans la vie, y’a des gens qui vont t’haïr, simplement parce qu’ils ont le temps de le faire ». Mon père est d’origine irakienne. Le pauvre, il m’appelle cette semaine en me disant :

– Je lis les nouvelles et on dit que tu travailles pour des racistes et des sexistes et des corporatistes? Mon fils, fais attention…

– Non papa. Les gens sont épuisés de faire la guerre, fatigués d’affronter des gens qui veulent leur mal, alors du coup tout l’monde est un ennemi potentiel.

– T’as vu le match de la France?

– J’passe dans un tunnel papa. J’te rappelle.

(J’ai raccroché, parce que moi les Irakiens… Bukhk.)

Déjà « raciste » c’est grave. Affliger ce mot à un individu? T’es mieux d’être certain. À un groupe? Faut avoir des preuves. À une industrie? Présente-toi avec un mandat d’arrestation, tu fais affaire à des gens dangereux.

Y’a le KKK pis les Skins que j’connaissais, mais alors là, vraiment, les artisans de la blague? J’étais surpris… Parce qu’une « industrie » véhiculant des « propos racistes » c’est grave. Parce que bien sûr, il est plus nuancé de dire « véhiculant » plutôt que de condamner directement! La zone est grise en tabarnack. J’ai dit grise, pas jaune, pas noire, pas blanche… Gris, ça me permet de prouver que je n’ai pas contribué au « transport » de ces propos « racistes »… « Véhiculant »….

« L’industrie de l’humour québécoise ». On parle de milliers de personnes, de millions de dollars, profits générés par l’incitation à la haine? Tout cela se passerait sous mes yeux et je ne m’en serais jamais rendu compte? Ai-je moi-même encouragé, nourri ce phénomène? Celui du malhonnête et  malheureux complexe de supériorité raciale latent et subtil s’acharnant sur mes concitoyens et promu par mes confrères et mes consoeurs?

Alors là, la CLASSE, (pas tous les membres : je ne ferai pas la même erreur que celle observée sur le p.v; pas d’amalgames!), je dois admettre que je ne sais plus… La prochaine fois, petit conseil, soyez moins complexes, moins nuancés, dites : « L’industrie de l’humour québécoise est constituée d’hommes et de femmes misanthropes ». Ah non, pas femmes, parce qu’ils sont « sexistes »… Mais sincèrement, misanthrope ça fera l’affaire: parce que sincèrement, après les femmes, les gais, les arabes, les blacks, les chinois et les blancs, j’vois difficilement qui il nous reste à aimer… Les chatons. Je crois que j’aime les chatons.

Attention! Je ne suis pas sur le point d’annoncer ma dissociation de la CLASSE : non, je respecte la structure et son travail, et surtout, je n’ai que moi à faire voter pour prendre mes décisions, alors je réussis rapidement à me convaincre que de m’éloigner de mes camarades et de ceux qui veulent mon bien, ce n’est pas bénéfique à la cause et aux principes que je défends… Attention! Je ne suis pas non plus en train d’inviter à la dissociation! Non, ça non plus! Mais « raciste », j’suis désolé, tu n’affliges pas cette condition à qui que ce soit, et surtout pas aussi rapidement! C’est complexe, et d’autant plus qu’il s’agit d’un effort constant et exigeant : tu ne prends pas de repos quand t’es raciste : tu divises ta réalité en races et tu hiérarchises constamment… C’est pas donné à n’importe qui! Et des « propos sexistes »? Et homophobes? Et corporatistes? Il manque juste Nazis et cannibales! Come on…

« Humoristes », « Industrie de l’humour », « raciste », « sexiste »… « Casseur », « Black Block »… Voyons! Ne faisons pas les erreurs que nous condamnons depuis des mois de la part du système médiatique. On n’enchaîne pas une industrie aussi vaste et diverse à des propos aussi grave et tragique. Ne faisons pas de raccourcis aussi fallacieux, aussi diabolisant, aussi malhonnête et faux. J’aimerais rappeler aux membres de la CLASSE (bien qu’il n’y ait pas eu quorum et bien que le tout soit en attente) que je ne peux même plus compter le nombre d’artisans humoristiques qui aient porté leur soutien à la lutte de manière concrète lors des derniers mois. Plusieurs marchent, plusieurs écrivent sur le sujet, d’autres en parlent sur scène, d’autres … fuck les exemples.

Simplement pour dire que ce sont des centaines de personnes que vous condamnez faussement et injustement. Je peux seulement vous éclairer quant à la véritable intention des artistes que je côtoie depuis plus de deux ans… Cette intention n’est en aucun cas similaire ou semblable à l’esquisse que vous en faites…

Voilà, pour ma part, tout a été dit et je ne crois pas avoir à rajouter quoi que ce soit. Sans rancune camarades, on remet ça autour d’une bière car, là, je dois aller travailler. Hier, j’ai croisé un pakistanais hermaphrodite, gai, chef d’entreprise, mangeux de big mac, féministe qui  portait des Nike : j’ai un numéro à écrire.

Publicités

6 réflexions sur “CLASSE et CHI

  1. Allo Adib ! Je comprends totalement ton texte et il a la qualité d’être nuancé et de ne pas faire d’amalgame. Je ne défends pas la CLASSE non plus, parce qu’à vouloir faire l’unanimité constante par respect des susceptibilités diverses, ils viennent de se mettre un peu le pied dans la bouche, hein, disons-le, c’était vraiment pas fort. Le seul truc que je trouve dommage c’est que je vois d’avance les morons de base s’engouffrer dans cette pécadille, persuadés d’avoir enfin un bon argument pour démonter tout ce qui a été fait jusque là. Parce que si on regarde les faits d’un oeil extérieur, c’est à dire ni humoriste ni de la CLASSE, je vois juste d’un bord un spectacle d’humoristes pour une bonne cause, même si certains ne me font pas rire (et c’est loin d’être un délit, hein) et de l’autre quelques effarouchées qui en profitent pour se faire mousser et se donner un peu d’attention (ça rejoint totalement ton texte « Moi je suis un plus meilleur révolutionnaire »). Autant personne n’a dit que tous les humoristes étaient racistes, sexistes et toute cette m… autant en aucun cas la position de ces membres de la CLASSE n’est représentative non plus. Je sais que tu ne fais pas l’amalgame, j’anticipe juste ce que d’autres pourraient en penser. Je trouve juste extrêmement dommage qu’on ait donné trop d’attention à ce détail (les casseroles, ça commençait à devenir moins original pour les journalistes et la Saint Jean c’était encore loin).

    • Vrai.

      Tu sais, je critique légèrement, mais je continuerai a les soutenir… Tout ça ne m’a pas fâché.

      Même si les représentantEs qui appuieront la proposition ne sont pas nombreux, je ressentais le besoin de m’adresser à eux et les gens qui les appuient.

      Merci d’avoir pris le temps de lire 🙂

  2. Bon, d’abord il faut lire la proposition originelle, qui se lit:
    Considérant le caractère anti-féministe, sexiste, capitaliste et corporatiste de l’industrie de l’humour au Québec,
    Considérant la présence d’humoristes et d’artistes véhiculant des propos sexistes, racistes et homophobes au sein de la Coalition des humoristes indignés (CHI),
    Que la CLASSE se dissocie publiquement du spectacle-bénéfice organisé par la CHI et diffuse les raisons de cette position.

    Donc il y a deux choses. Premièrement le fait que l’industrie de l’humour au Qc est sexiste, capitaliste et corporatiste. Vu le niveau de concentration de l’industrie et le fait qu’elle vise à faire du cash, les deux derniers points me semblent assez évidents. Pour ce qui est du caractère sexiste, c’est en effet débatable que l’industrie dans sa totalité est sexiste. Une minorité d’humoristes semblent en effet capables de parler d’autre chose que de sexe ou de le faire d’une manière qui n’est pas nécessairement macho. La majorité par contre ne semble pas être capable du même exploit.

    Sinon, la deuxième partie de la proposition affirme que certains artistes au sein de la CHI véhiculent des propos racistes, sexistes et homophobes. À voir les numéros de plusieurs humoristes tels que Ward, Mercier ou même Nantel, je trouve difficile de juger cette affirmation fausse. On peut voir quelques exemples de propos racistes, sexistes ou classistes d »humoristes présents au show de la CHI, ici: http://moutonmarron.blogspot.ca/2012/06/pas-sexistes-pas-xenophobes-ces.html?showComment=1340473441618#c9123689314106972583
    Par ailleurs, l’emploi du termes véhiculer est important. Nantel n’est peut-être pas raciste en soi, mais il véhicule des propos qui le sont. On peut considérer que la nuance est là, mais que les deux sont condamnables en soi.

    Il faut savoir prendre les choses dans leur contexte. Affirmer que l’industrie de l’humour au Qc est sexiste ou que certains humoristes de la CHI véhiculent des propos racistes ne veut pas dire que tous les humoristes et toutes les humoristes du Qc sont racistes ou sexistes. Tout comme affirmer que la police est une institution raciste ou quel telle ou tel policier-e est raciste ne revient pas à dire que tous les policiers sont individuellement racistes.

    • Je comprends.
      Simplement, le seul humoriste « raciste » que je connaisse ( je tairai son nom) ne fais pas partie de CHI. Pour le reste: véhiculer des propos racistes et sexistes, je veux bien comprendre la nuance, mais faut pas oublier que souvent, les humoristes vont devoir fragmenter leur opinion pour pouvoir s’assurer de faire rire. Je ne dis pas que c’est une pratique noble et je ne dis pas non plus que la pratique justifie le propos, je dis simplement qu’il suffit de dire que c’est une approche « stupide » plutôt que « véhiculant… ».

      Mais sincèrement, loin de moi l’intention d’envoyer chier qui que ce soit: c’est un domaine que je connais très bien et je serais le premier à le condamner s’il véhiculait vraiment des propos aussi graves que ceux énoncés dans le p.v.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s